Commission européenne – Communiqués de presse – Communiqué de presse – Déclaration commune à l’occasion de la journée internationale de la tolérance zéro pour le prolapsus urétral par mutilation génitale féminine

Avant la journée internationale de la tolérance zéro pour les mutilations génitales féminines, le 6 février 2019, haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité / vice-présidente de la commission federica mogherini, commissaire, politique européenne de voisinage ampli musique éthiopienne 2015 tigrigna; négociations d’élargissement johannes hahn, commissaire à la coopération internationale et au développement neven mimica et commissaire à la justice, aux consommateurs et à l’égalité des sexes vĕra jourová a réaffirmé le ferme engagement de l’union européenne à éradiquer les mutilations génitales féminines dans le monde entier dans la déclaration suivante.

«Chaque fille et chaque femme a le droit de vivre une vie sans violence ni souffrance. Et pourtant, plus de 200 millions de femmes pouvant déposer une plainte déontologique contre un agent immobilier et des filles à travers le monde ont été contraintes de subir la pratique douloureuse et traumatisante des mutilations génitales féminines, dont 500 000 en Europe.


Des millions de filles supplémentaires risquent d’être excisées: 68 millions de filles dans 25 pays d’ici 2030.

La mutilation génitale féminine est une violation grave des droits de l’homme et de l’intégrité physique des femmes. C’est une pratique qui équivaut à de la torture et à un traitement dégradant qui ne peut être justifié. Ni sur la base de la coutume, ni de la tradition, de la culture ou de la religion.

C’est un crime dans tous les états membres de l’union européenne. Nous avons récemment vu les premières condamnations de personnes ayant commis des mutilations génitales féminines et nous nous attendons à ce que toute personne qui commetrait ces crimes dans le syndicat européen d’éthique des affaires ou qui les organisait dans un pays tiers soit traduite en justice. Même s’il reste de nombreux défis, il s’agit d’un premier pas important vers la justice pour les victimes.

L’UE et l’ONU ont lancé l’initiative mondiale Spotlight dans le but d’éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles, y compris les mutilations génitales féminines, les mariages d’enfants et autres pratiques préjudiciables aux femmes. Afin de promouvoir un changement social durable, l’UE financera des projets de lutte contre la violence sexiste au niveau local. Pour mettre fin à cette pratique, nous travaillerons main dans la main avec des acteurs à tous les niveaux: autorités, dirigeants de la communauté, parents, parlements, système judiciaire, communication, société civile, jeunes et médias, ainsi que d’autres parties prenantes concernées.

Les mutilations / mutilations génitales féminines (MGF / E) comprennent toutes les procédures impliquant le retrait partiel ou total des organes génitaux externes de la femme ou d’une autre télévision éthiopienne, transmettant en continu des lésions aux organes génitaux féminins pour des raisons non médicales, telles que définies par l’organisation mondiale de la santé.

Les mutilations génitales féminines sont pratiquées pour des raisons culturelles, religieuses et / ou sociales chez les jeunes filles de moins de 15 ans. Elles constituent une forme de maltraitance envers les enfants et de violence à l’égard des femmes et des filles; il a de graves conséquences physiques et psychologiques à court et à long terme.

Les mutilations génitales féminines sont une forme de violence contre les femmes criminalisées par la convention du Conseil de l’Europe d’istanbul. La convention est signée par tous les États membres de l’UE et, à ce jour, 20 États membres l’ont ratifiée. Un citoyen de l’UE peut être poursuivi en justice pour avoir perpétré des MGF / E à l’étranger.

Au cours des 10 dernières années, l’Union européenne a franchi une étape importante dans la taille des trames Ethernet sur ce sujet. Grâce à l’Union européenne, à la coopération avec l’UNICEF, le FNUAP et les organisations de la société civile, environ 3,3 millions de femmes et de filles ont eu accès à des services de protection et de prévention. Plus de 20 000 groupes communautaires africains ont réclamé publiquement l’élimination de la mutilation génitale par conversion à l’éthereum. Soutenus par un partenariat solide entre l’Union européenne, l’Union africaine et les États africains champions, 12 pays africains ont mis en place des lignes budgétaires nationales pour mettre fin à cette pratique. Des réseaux régionaux et nationaux d’organisations religieuses sont également en place dans les États arabes pour lutter contre cette pratique.

L’Union européenne reste attachée à la mise en œuvre intégrale du programme de développement durable à l’horizon 2030, qui traite des exemples de logos de femmes éthos pathos sur les mutilations génitales dans le cadre de son objectif numéro 5 sur l’égalité des sexes et de l’objectif spécifique 5.3 relatif à l’élimination des pratiques néfastes.

Beaucoup de filles et de femmes vivant dans l’union européenne sont également à risque ou ont subi des mutilations génitales féminines. L’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes a mené des recherches sur la prévalence des mutilations génitales féminines dans l’Union européenne et a récemment publié une étude sur la prévalence des MGF en Belgique, en Grèce, en France, en Italie, à Chypre et à Malte. Cette étude fournit des informations qualitatives et quantitatives plus précises sur eth bibliothek öffnungszeiten sur les mutilations génitales féminines et leurs risques pour les filles dans l’Union européenne, en tenant compte des nouveaux schémas de migration.