Nhis patron dans une autre controverse, ignore tsa, se déplace à investir n25bn en obligations fgn – thisdaylive bitcoin atm radar

Même si le ministre des Finances, Kemi Adeosun, et son homologue du ministère de la Santé, le professeur Isaac Adewole, ont tous deux mis en garde contre l’investissement, déclarant qu’il viole le compte unique du Trésor du gouvernement (TSA). ) politique.

Mais Yusuf, qui a été suspendu par Adewole l’année dernière pour des allégations de corruption et de népotisme, mais a été réintégré par le président Muhammadu Buhari sans avoir recours à son ministre, a déclaré que le ministre de la Santé approuvait cet investissement.

Selon une lettre vue par THISDAY avec le numéro de référence NHIS / ES / 262 et intitulée: “Re: Besoin urgent pour la NHIS d’investir ses fonds résiduels”, qui a été adressée au directeur général de Propriété Cowry La direction, le patron de NHIS a nommé la société comme son gestionnaire d’actifs / conseiller financier pour conseiller le régime sur les investissements dans les obligations FGN.


Cependant, Yusuf était silencieux sur une contre-lettre avec les numéros de référence: HMH / ABJ / 312/11/82 en date du 29 août 2017, intitulé: “Re: Approbation de commencer l’investissement des fonds résiduels NHIS dans les valeurs mobilières”, où le ministre lui a demandé ne pas procéder à l’investissement, invoquant une violation de la politique du gouvernement fédéral en matière de CST.

“Ceci afin de vous informer que le ministre des Finances a déconseillé la proposition d’investir des fonds résiduels NHIS dans des titres. L’approbation d’un tel investissement, a-t-elle déclaré, constituera une violation indirecte de la politique du gouvernement sur les comptes individuels du Trésor (TSA) “, a déclaré la lettre du ministre datée du 29 août.

Une source interne a laissé entendre que le déclencheur du besoin urgent d’investir les fonds résiduels du NHIS découlait de la visite de la Chambre des Représentants au sein de l’organisation, ainsi que des inquiétudes que le patron du NHIS veut utiliser comme une voie de déploiement le rendement de l’investissement dans les fonds électoraux de Buhari.

La source a déclaré que lorsque le comité de la Chambre a visité le NHIS pour ses fonctions de surveillance, il a recommandé que le régime investisse ses fonds résiduels dans des titres, mais le secrétaire exécutif, Mallam Attahiru, avait rejeté la suggestion, citant la directive du ministre de la santé dans sa lettre du 29 août.

«En août 2017, les membres du comité de la Chambre ont effectué une visite de surveillance du programme et ont découvert que celui-ci n’avait pas investi ses fonds, malgré l’épuisement continu du fonds et les mauvais appuis financiers du gouvernement fédéral.

Selon la source, basé sur l’insistance de Yusuf à aller de l’avant avec l’investissement, Propriété Cowry La direction avait écrit dans une lettre datée du 5 mars 2018 et signée par Nathan Nwokoro et Okwudili Egwu secrétaire exécutif, demandant au NHIS d’investir la somme de N25 milliards.

Propriété Cowry, dans ladite lettre, énumérés les Obligations FGN à acheter comme 14.2 MAR -14-2024 pour N5 milliards, 12,5 JAN – 22-2026, pour N5 milliards, 16.2884- MAR-17-2027 pour N5 milliards, 10.00-JUL-23 -2-30 pour N5 milliards et 12.1493- JUL-18-2034 pour N5 milliards.

Le même jour, une autre lettre a été écrite par Cowry La gestion d’actifs sous le titre: «Offre indicative de vente d’obligations FGN». La lettre contenait, entre autres instructions d’investissement, les détails du compte de Cowry Assets Management domicilié chez Access Bank Plc.

Mais un ancien membre de la direction du NHIS, qui a plaidé l’anonymat, a informé THISDAY que le NHIS secrétaire exécutif n’avait pas le pouvoir d’investir les fonds NHIS à hauteur de 25 milliards de nairas, notant que cela nécessitait l’apport du conseil d’administration du système et l’approbation finale du ministre de la santé.

“La NHIS Act exige que pour tout investissement jusqu’à N10 milliards, le conseil d’administration de la NHIS doit faire une recommandation à la ministre de la Santé pour approbation, donc même le conseil n’a pas un tel mandat. Si vous me demandez, je pense qu’il est criminel de se lancer dans une telle entreprise “, a-t-il déclaré.

Selon la source, avant le feu vert donné à la société de gestion d’actifs, le secrétaire exécutif avait sollicité le soutien du directeur de la vérification du régime, M. John Okon, directeur général, qui avait été suspendu plus tôt aux côtés du secrétaire exécutif.

De plus, des sources de la NHIS ont confié à THISDAY que depuis sa reprise de fonctions le 6 février 2018, suite à son rappel de la suspension, le secrétaire exécutif a refusé d’apposer sa signature sur tout document sauf qu’il l’avait initié.

L’article 4 de la partie IV de la NHIS Act stipule: «Le Régime investira toute somme non immédiatement exigée par lui dans des titres du gouvernement fédéral ou dans d’autres titres que le Conseil peut, avec l’approbation du Ministre, déterminer de temps à autre. “