Les lanceurs de tigres illustrent l’impact de chris bosio avec des curseurs remaniés – vous bénisse les mineurs bitcoin mineurs pour android

Il y a deux types de entraîneur de tangage. Certains, comme Ray Searage ou Dan Warthen, acquièrent une réputation distinctive pour leur approche, ou un terrain particulier comme le curseur Warthen. D’autres semblent un peu plus utilitaires, prenant des idées de partout et se concentrant sur l’approche individuelle de chaque lanceur. Certains sont grégaires et heureux d’exposer leurs théories. D’autres offrent peu de commentaires publics et restent en arrière-plan, rendant leur impact un peu plus difficile à cerner.

Anciens tigres de Detroit entraîneur de tangage Rich Dubee était du deuxième groupe. Au cours de ses deux saisons à Deroit, Dubee n’a pas donné beaucoup de citations lapidaires. Il est resté en grande partie en arrière-plan.


Il n’a pas fait la promotion d’une école de pensée particulière ni fait de déclarations audacieuses. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’a pas laissé de marque, même si son style actuel avec ses lanceurs était essentiellement sans mains.

Dubee, qui a travaillé avec Roy Halladay et Cliff Lee dans leurs primes, était connu pour son affection pour le cutter. Alors que Justin Verlander a nié avec véhémence jeter un cutter, nous avons d’abord noté en mai 2016 que son curseur a changé radicalement de caractère cette année-là. Anciennement un milieu de gamme des années 80 avec une commande incohérente par rapport à ses standards, le nouveau slider de Verlander était de 89-91 mph avec plus d’action de coupe que de profondeur. Et ça a marché. Verlander a commencé à rouler au début du mois de mai et, à part deux sorties contre les Indiens, il a été presque impossible à marquer le reste de l’année. Cette curseur dur était une grande partie de la raison pour laquelle. Verlander avait bricolé avec un curseur dur précédemment. Il n’est pas tombé du ciel bleu clair quand Dubee est arrivé. Pourtant, il est assez difficile de voir les deux comme sans rapport.

Michael Fulmer avait déjà un curseur dur. Tout comme Shane Greene, bien qu’il soit parfois classé comme un coupeur (c’est essentiellement le même terrain). Plus tard en 2016, Daniel Norris a également adopté un slider beaucoup plus ferme, ce qui l’a propulsé à une belle seconde mi-temps. Ce que faisait Dubee était discutable, mais le slider de Tiger était une chose. En plus d’abaisser la fente du bras de Matt Boyd, aucun autre élément de l’équipe de tangage des Tigers n’était aussi identifié avec Dubee que ce curseur en forme de cutter. Une semaine dans la saison, ce curseur Tiger a largement disparu.

Contrairement à Dubee, Chris Bosio n’est pas le type d’entraîneur à lancer bas. En fait, il a été assez bruyant sur la stratégie et l’attitude qu’il attend de ses lanceurs. Il a mis la main sur apparemment tout le monde pour faire de légers ajustements mécaniques déjà. Il a institué des exercices d’incendie rapides pour encourager le travail rapide et pour aiguiser le commandement. Mais s’il y a une chose (autre que le rythme) qui se démarque des lanceurs des Tigers au début, c’est la façon dont ils lancent les sliders. Quelque chose de très intéressant se passe.

Chaque lanceur énuméré ci-dessus obtient plus de profondeur sur leurs curseurs. Et les changements sont assez substantiels. Nous parlons seulement d’une petite quantité de jeux, mais des changements dans des choses comme le mouvement et taux de rotation se stabiliser assez rapidement, contrairement à la performance globale. Considérant que chacun a montré une bonne maîtrise de la hauteur, ils semblent façonner les curseurs différemment à dessein.

Mis à part Farmer, chacun lance son curseur plus lentement qu’en 2017. La version lancée par Farmer a toujours été dans la bande de vélocité. Il est un peu aberrant dans ce groupe. Pour les autres, la vitesse réduite a conduit à une profondeur améliorée.

Il est plus difficile d’évaluer l’impact de taux de rotation avec des curseurs qu’avec des balles rapides ou des courbes. Mais il est intéressant qu’il y ait quelques changements notables qui pourraient parler de changements d’adhérence ou de meilleurs mécanismes. Le slider de Norris a montré moins de spin, tandis que celui de Jimenez en a montré plus. Michael Fulmer taux de rotation est inchangé. Farmer a eu un peu moins de spin, mais wow, Buck Farmer a beaucoup de rotation sur son slider. À plus d’un titre, il ressemble plus à un curveball qu’à un slider.

Bien sûr, le fait qu’un groupe de lanceurs de tigres soient de plus en plus à la baisse sur leurs curseurs ne signifie pas nécessairement quelque chose. Ce n’est pas magique. L’exécution de pas avec commande est toujours la clé. Mais la plus grande profondeur de ces glisseurs devrait jouer à l’approche agressive nord-sud de Bosio. Il s’agit de manipuler le timing et les lignes de vue des frappeurs. La possibilité de remonter avec la balle rapide et de la balle cassée à partir du même point de libération a été un point d’intérêt clé au début. En théorie, au lieu d’un contact faible, vous devriez générer plus de bouffées tant que vous pouvez continuer à lancer le curseur agressivement à une vitesse plus faible.

C’est intéressant que Bosio ait déjà eu un impact aussi dramatique. Vous ne voyez pas toujours un nouveau entraîneur de tangage entrer et instituer des changements majeurs dans les trucs réels de ses lanceurs après seulement deux mois ensemble. Même la simple promotion d’une philosophie globale prend du temps à instituer. Jusqu’à présent, Bosio a obtenu l’adhésion exceptionnelle de son personnel. Qu’ils réussissent ou échouent cette saison, son impact global sur eux sera un scénario clé à regarder.