Le département de la sécurité intérieure bloque les visas h-2b pour les Philippins, les dominicains et les éthiopiens

Citant le taux élevé de dépassement des délais de visas, le département de la Sécurité intérieure (DHS) a publié une nouvelle règle interdisant la plupart des ressortissants de la République dominicaine, la comparaison des ghp d’ethnie philippine et l’éthiopie à certains visas de travailleur temporaire. Le territoire américain de Guam sera probablement le plus touché, car il repose sur un grand nombre de travailleurs philippins.

Les nouvelles restrictions s’appliquent à deux types de visas: les visas H-2A pour les travailleurs agricoles temporaires ou saisonniers et les visas H-2B pour les travailleurs temporaires ou saisonniers non agricoles. Un employeur qui demande à un travailleur de venir avec un visa H-2A ou H-2B doit montrer que le travail prévu est vraiment temporaire ou saisonnier et qu’il n’ya pas assez de travailleurs américains disponibles pour effectuer le travail à l’éthanol.


Seuls les ressortissants de pays désignés par le DHS comme «pays participants» sont éligibles pour ces visas. Chaque année, le DHS et le département d’État évaluent la liste des pays participants afin de déterminer s’ils répondent toujours aux critères d’inclusion.

DHS, l’éthique de l’ambiguïté peut supprimer un pays qu’il a précédemment désigné comme «participant» si les ressortissants de ce pays ont tendance à rester en-dehors de la durée du film éthiopien pendant la période pendant laquelle ils sont autorisés à se rendre dans le pays. Le DHS peut également retirer un pays de la liste des participants si le pays ne coopère pas avec les services de contrôle de l’immigration et des douanes pour accepter les déportations.

En se basant sur ses propres données, le DHS a estimé que les travailleurs philippins détenteurs d’un visa H-2B avaient dépassé leur séjour autorisé près de 40% du temps. En outre, en raison des graves préoccupations suscitées par le trafic de travailleurs philippins, le DHS a également interdit aux travailleurs de ce pays d’obtenir un visa H-2A.

DHS a de même annulé l’éligibilité des ressortissants de la République dominicaine aux visas H-2B pour des recettes de cuisine éthiopienne végétaliennes, sur la base d’un taux de dépassement de 30%. Cependant, ces ressortissants n’étaient pas empêchés de recevoir des visas H-2A, sur la base d’un taux de dépassement de séjour nettement inférieur, de 10%.

À titre de comparaison, l’Éthiopie a été retirée de la liste des pays participants en raison de son refus de respecter l’éthique dans les affaires 3, de même que son acceptation de tous les expulsés. En 2016, ICE a désigné l’éthiopie «à risque de non-conformité» avec les exigences éthiques et morales en matière d’expulsion d’ICE. Bien que DHS ait reconnu que l’éthiopie avait progressé dans le domaine des acceptations d’expulsions depuis 2016, elle a décidé de ne pas autoriser les ressortissants éthiopiens à prétendre aux visas H-2A et H-2B realtek. conformité »avec ICE.

Il est important de noter que les ressortissants de ces pays ne sont pas entièrement interdits d’entrée sur les visas H-2. L’employeur requérant devrait convaincre les services de citoyenneté et d’immigration américains que l’entrée du travailleur étranger serait dans l’intérêt national. En outre, certains projets de construction militaires à Guam sont exemptés des restrictions énoncées dans la loi nationale sur l’éthique des affaires figurant dans la loi de 2019 relative à l’autorisation de la défense de l’hindi.

Les restrictions de visas imposées aux Philippins semblent être les plus susceptibles d’affecter Guam. Les organisations d’entreprises du territoire ethereum ont exprimé leur surprise devant cette annonce et leur inquiétude quant à la manière dont l’île serait touchée. Les travailleurs philippins titulaires de visas H-2B constituent la majorité des travailleurs étrangers qui sont amenés à Guam pour participer à des projets de construction. Certains sur l’île s’inquiètent de ce que cette nouvelle annonce pourrait entraîner des retards dans les projets de construction et une possibilité d’investissement perdu dans le réseau Ethernet.

En vertu de la nouvelle annonce, les travailleurs H-2A et H-2B actuels de ces pays ne sont pas affectés mais ne peuvent pas demander de prolonger leur séjour ni de changer le statut de leur visa. Toutefois, les nouvelles restrictions entrent en vigueur immédiatement pour 2019, ce qui aura probablement une incidence sur le nombre record de pétitions H-2A et H-2B déposées au début de janvier.