France bien payé u.n. officielle a eu des paiements d’aide sociale français en cas de fraude registre de nouvelles fox compte Bitcoin

Un fonctionnaire des Nations Unies dans un département qui fait la promotion "l’éthique, la transparence et la responsabilité" falsifié son adresse permanente pour obtenir illégalement ce qui pourrait représenter des dizaines de milliers de dollars dans les allocations familiales et les fonds de logement qui vont normalement aux citoyens à revenu faible et pauvre dans sa France natale, selon les enquêteurs là-bas.

Les conclusions de fraude contre Bruno Bastet, 40, sont contenus dans un rapport d’enquête publié le 20 mai par la Caisse d’Allocations de France Familiales (CAF), une branche du système de sécurité sociale français qui se nomme "l’un des pivots du « modèle social » français" – autrement dit, une pièce maîtresse de l’État-providence français.

La fraude consiste à se Bastet de la liste, puis sa concubine et ses deux enfants en tant que résidents d’un complexe de logements appartenant à la ville à Paris désigné pour ceux qui ont besoin d’aide sociale.


Bastet, un agent de programme dans l’achat U.N Bitcoins instantanément avec carte de débit. Département de la gestion de l’administration publique et le développement (DPADM), a fait vécu à New York depuis 2004, tandis que son ancien compagnon dit FOX Nouvelles, elle et les enfants ont vécu en République Dominicaine depuis 2005.

Les allocations de logement du genre qui Bastet a reçu sont basées sur une formule complexe qui implique le revenu, la taille de la famille et le type de logement locatif, mais ils sont généralement donnés aux citoyens français qui ont un revenu de 17 000 $ par année ou moins. Ils doivent vivre dans leur pays d’origine.

Bastet pourrait difficilement être décrit comme dans le besoin de l’aide sociale réservée aux résidents français à faible revenu combien est Bitcoin maintenant. Les employés non américains U.N. à son niveau P-4 et de l’expérience ont des salaires détaxés d’environ 100 000 $ par année.

Avec des ajustements au coût de la vie lourdes pour New York, résidence Ville et d’autres avantages, par ailleurs, le revenu libre d’impôt annuel de Bastet est plus comme 180 000 $, selon des documents obtenus par FOX Nouvelles.

Dans le cadre de ce paquet, Bastet a profité d’un roi taille faille dans la réglementation du coût de la vie des Nations Unies pour recevoir une subvention de logements locatifs $ 2.000 par mois, alors même que d’autres documents obtenus par FOX Nouvelles montrent qu’il est long propriétaire -temps d’un appartement chic de Manhattan.

L’appartement de Bastet est à 140 E. 56th Street dans le centre cher, environ une douzaine de blocs de son bureau U.N. sur 44th Street, et à quelques pas de la Mecque du shopping de Bloomingdale. Appartements dans le bâtiment ont récemment été évalués à 525 000 $ de partout pour un studio à 1.395.000 $ pour un logement de trois chambres, selon les informations obtenues de New York agents immobiliers.

les responsables de la CAF ont confirmé que FOX Nouvelles Bastet sera demandé de retourner les fonds examinés dans le rapport d’enquête, mais n’a pas répondu à d’autres questions prix de Bitcoin USD. Une fois que la constatation de la fraude a été faite, une plainte pénale peut être faite en justice française, en plus de demandes de restitution. Si une telle plainte a été déposée ne sait pas Où puis-je acheter Bitcoin. Dans l’ensemble, autant que 31 000 $ à taux de change actuels pourraient être impliqués.

Selon le rapport CAF, Bastet avait depuis des années se liste et sa concubine et ses deux enfants pour les allocations familiales – et par la suite des fins logement de soutien – comme résidant au 7A rue Charlemagne, un appartement à Paris, non loin de la Seine. Afin de recevoir les prestations, ce devait être son résidence principale et primaire.

Comme récemment 20 Avril 2009 – un mois avant la CAF a publié son rapport – le U.N. se soutenu fausse réclamation Bastet au sujet de son adresse française, avec une lettre officielle de la U.N acheter Bitcoins Australie. Département de la gestion des ressources humaines à l’avocat Paris Bastet, certifiant l’adresse Rue Charlemagne comme sa résidence permanente.

Selon sa concubine, Eve de Lengaigne, qui a longtemps été séparé de lui, le complexe d’appartements est spécifiquement désigné comme logement pour les personnes ayant besoin d’aide sociale. En fait, l’attribution de ces appartements à Paris a été très politisée longue; les listes d’attente sont longues, et beaucoup chaîne de traction politique peuvent être associés à leur obtention.

Selon le rapport d’enquête CAF, cependant, les dossiers fiscaux français montrent que liste Bastet sa résidence principale permanente sur une route bucolique à la périphérie d’une ville nommée Montgeron, plus d’une voiture de l’autoroute 20 minutes de haut coût de la vie Paris où la subvention du logement est alloué.

L’adresse Charlemagne est classée "résidence secondaire," sur les dossiers fiscaux, indique le rapport, ajoutant que Bastet n’a pas été vu par les voisins à l’adresse de Paris pour une longue période.

Bastet et son conjoint de fait, selon le rapport, n’ont pas vécu ensemble "de nombreuses années." Le document CAF cite le témoignage du conjoint de fait, Eve de Lengaigne, qu’elle et ses deux enfants – un par Bastet, un d’un premier mariage – ont vécu depuis Septembre 2006 en République dominicaine, ce qui les rend admissible à un logement paiements -soutenir.

De fait, Lengaigne dit FOX Nouvelles qu’elle a quitté la France encore plus tôt, en Septembre 2005. Elle a également déclaré que Bastet elle a payé et ses enfants entre 6 000 $ et 7 000 $ en argent de soutien mensuel en République dominicaine, qui date de son départ Septembre 2006 de la France jusqu’à Novembre 2008 commerce Bitcoin indonésie. Il continue à payer environ 200 $ par mois pour la scolarité de leur fils, dit-elle Bitcoin paiement. Le couple est actuellement engagé dans un litige acrimonieux sur les droits de visite au fils.

Lengaigne, un ancien agent de bord qui est actuellement sans emploi, a déclaré aux enquêteurs français, elle n’a jamais demandé pour le paiement des allocations de logement, tandis qu’en France, ni n’a reçu aucune.

Le nom de Lengaigne a néanmoins été répertorié en tant que bénéficiaire sur les états CAF montrant des paiements de soutien au logement d’environ 615 $ par mois, en dollars courants, émis du 21 Avril 2007 au Décembre 2008. Son nom a continué d’être inscrit en tant que bénéficiaire des paiements d’allocations familiales de environ 170 $ par mois, à taux de change actuels, jusqu’en Février de 2009.

Contacté par FOX Nouvelles, Lengaigne a réitéré qu’elle n’a jamais demandé ou reçu personnellement des subventions au logement alors qu’en France, ou après. Toute allocation familiale ou autre argent alloué à elle par la CAF à cette fin se sont dans des comptes bancaires contrôlés par Bastet, elle a affirmé, et elle n’a pas vu les relevés bancaires après avoir quitté les mines France Bitcoin logiciel. Elle a dit à Fox Nouvelles qu’elle a pris ses paiements d’allocations familiales étaient devenus caducs quand elle n’a pas rempli une demande annuelle requise pour eux après son départ pour la République dominicaine.

Selon les documents fournis à FOX Nouvelles par Lengaigne, le premier versement du logement fait par la CAF en Avril 2007 a été envoyé dans un compte commun créé par le couple avant leur séparation. Mais le prochain paiement du logement CAF est allé à un nouveau compte bancaire, et a été désigné uniquement au nom de Bastet.

Dans son rapport d’enquête, la CAF note que le 30 Avril 2007, Bastet et Lengaigne ensemble a envoyé une lettre signée à l’organisme de protection sociale, en demandant des paiements de soutien futurs de toute nature soient déposés par voie électronique au compte bancaire de Bastet Porte-monnaie Bitcoin. CAF obligé.

Au cours des 20 prochains mois, les paiements d’environ 785 $ par mois (à taux de change courants) pour les deux logements et les allocations familiales se sont rendus au nouveau compte Bastet. À un certain moment, ils ont commencé à être crédité directement au propriétaire, une agence immobilière française, probablement un crédit contre le loyer de l’appartement.

Comme l’indique le rapport de la CAF, cependant, Lengaigne nie qu’elle ait signé une procuration donnant Bastet le droit de collecter cet argent sur son propre, ou de le transférer à quelqu’un d’autre. Au cours d’entretiens téléphoniques avec FOX Nouvelles, Lengaigne a également dit qu’elle n’a jamais signé une demande à la CAF de mettre de l’argent dans le compte de Bastet, et elle n’avait pas accès à, ou les enregistrements des transactions effectuées là-bas.

FOX Nouvelles a obtenu une copie du document prétendument signé par Bastet et Lengaigne, qui demande que leurs indemnités soient envoyées au nouveau compte bancaire Bastet, ainsi qu’une copie du mariage de droit commun du couple "certificat de vie commune," signée et contresignée à la Mairie de Paris, le 8 Novembre 2000.

La signature de Lengaigne sur le certificat de mariage n’a aucune ressemblance avec la signature Lengaigne soumis à la CAF demandant que les fonds futurs vont à un nouveau compte bancaire. Ni la signature de la demande de la banque ressemble à la signature de Lengaigne dans son passeport français en cours.

Avant cette date, les allocations familiales et autres paiements CAF ont dû être répartis entre les deux parents dans le cas où ils divorcées ou séparées la rentabilité de l’exploitation minière Bitcoin. Après le 1er mai, toutefois, en vertu des nouvelles règles, deux conjoints divorcés ou séparés pouvaient désigner qu’un seul d’entre eux pour recevoir tous leurs paiements de soutien de la CAF, tant à la fois formellement accepté de l’accord.

Interrogé dans un e-mail par FOX Nouvelles pour expliquer le fait que sa femme la signature de common law sur la dernière demande de compte bancaire ne correspondait pas à sa signature sur d’autres documents officiels, Bastet, ayant répondu par un avocat, a refusé de répondre et cité "litige actif," vraisemblablement avec Lengaigne, comme la raison.

Bastet a également diminué par son avocat pour discuter de sa subvention au logement, ses adresses résidentielles Paris ou à New York, ou sa propriété et location possible aux locataires d’un appartement de New York, citant la même raison.

Le procureur a également demandé que FOX Nouvelles ne pas publier un exemplaire de la demande de changement de compte bancaire signé par les deux parties, qui a été jointe au rapport d’enquête sur la fraude française, affirmant que l’avis de Bastet il avait été "à tort divulgué."

L’échappatoire des avantages U.N. qui permet Bastet de réclamer une subvention de location à New York alors même qu’il est propriétaire d’un appartement il n’y a pas quelque chose que le U.N. diffuse fort non plus.

Selon un porte-parole U.N. Secrétaire général Ban Ki-moon, ces paiements de subvention sont parfaitement employés juridiques, pourvu que ne vivent pas dans la propriété qu’ils possèdent. En vertu des règles U.N., les employés peuvent obtenir des subventions pour un logement locatif – payés par des contributeurs U.N. comme le U.S.- alors même qu’ils construisent un portefeuille immobilier dans la même ville où ils louent un logement.

Les seuls employés U.N. interdit de recevoir la subvention de location sont "le personnel qui vivent dans leur propre maison ou qui ne paient pas de loyer pour leurs logements," selon le porte-parole adjoint U.N. Marie Okabe.

Selon le budget proposé par le Secrétariat U.N. pour 2010 et 2011, le département des ressources humaines de l’U.N. prévoit qu’environ 840 membres du personnel du siège U.N. recevront une subvention de location.

Le U.N. a refusé de donner FOX Nouvelles avec le nombre de ses employés qui profitent de l’avantage échappatoire. Elle n’a pas non fournir New York City location de Bastet Adresse aux fins de subventions, invoquant la confidentialité des employés.