Fn p90 – wikipédia bitcoin vers un compte bancaire indien

Dans les années 1980, pour répondre aux besoins des militaires et des policiers qui, dans la grande majorité, emploient des générations d’armes il ya 20 ou 30 ans et qui font généralement la munition 9 × 19 millimètres Parabellum peu puissante, les ingénieurs de la firme belge Fabrique Nationale Herstal se sont penchés sur une conception futuriste rompant avec les schémas établis jusqu’alors par les modèles précédents.

La gestation du P90, qui suivait le chemin tracé précédemment par d’autres groupes de travail, a vu l’étude d’une taille réduite et d’une grande puissance de feu. Pour atteindre le premier objectif, on étudie de nouveaux matériaux pour finir par adopter des polymères de polymère qui ont déjà été retenus pour d’autres armes.


Adoptez une disposition pour réduire la taille globale et le chargeur intégré pour éviter les mouvements du tireur. Pour alimenter le chargeur, une nouvelle munition a été mise à l’étude afin de fournir des prestations à un niveau supérieur. Les premiers travaux commencèrent à proprement parler au milieu de l’année 1986.

APDW (Advanced Personal Defence Weapon) et non seulement PDW. Ce concept de APDW provient du document Smalls Arms Strategy 2000 qui indique la ligne à suivre en ce qui concerne l’évolution des armes militaires à l’aube du XXI e siècle. Ce document a été sollicité par l’école d’infanterie de l’armée de terre américaine de Fort Benning. Un étau au développement d’armes ayant la capacité d’un pistolet mitrailleur mais néanmoins capable de défaire une cible équipée d’un casque et d’une veste pare-éclat à 200 mètres.

L’application de nouvelles technologies pour la conception et la capacité industrielle de l’entreprise permirent l’aboutissement rapide du «projet 90», comme sur l’appelait au sein de l’usine belge. Les premiers exemplaires à la presse mondiale, lors d’une journée de démonstration qui a eu lieu le 6 octobre 1990 sur le champ de tir de Zutendaal, sous le nom de «LISA (chef dans les petites armes)» 90 ».

Le P90 a été adopté par de nombreuses unités spéciales des forces et notamment par le Groupe des forces spéciales (SFG) en Belgique et le GIGN en France, ainsi que le PAB de la police de Liège. Caractéristiques techniques [modifier | modifier le code]

Cependant, son architecture bullpup lui offre une longueur plus courte que des pistolets mitrailleurs de conception classique comme le MP5. Celui-ci présente une longueur comparable à la condition d’avoir la crosse pliée, qui est interdite alors que l’épaulement et la limite précise sa portée pratique.

Le chargeur du P90 présente une capacité de 50 cartouches, la norme est plutôt de 30. Les munitions sont stockées dans un chargeur translucide particulièrement inhabituel. Au-dessus de l’arme, il contient 50 cartouches qui sont rangées perpendiculairement à l’axe du canon. Ce design inhabituel ne forme aucune protubérance et favorise la maniabilité de l’arme.

L’éjection des étuis se fait par le dessous, au niveau de la crosse. En plus d’éviter d’être à proximité des tireurs, cela permet également de régler le problème de l’éjection des étuis propres aux armes bullpup.

Le P90 est la première arme à répondre à la notion de «APDW» (dérivé de l’arme de défense personnelle ou PDW) avec le MP7 H7, ce qui ne peut pas être également être adapté au combat en milieu clos ou CQB) de type bâtiment, grâce à sa maniabilité. Sa munition fait penser à une 5,56 OTAN miniature qui permet d’engager des objectifs jusqu’à 200 mètres et de transcender les protections individuelles à cette distance.

De plus, le P90 est ambidextre sans exiger une modification certaine: c’est une arme symétrique. Le mécanisme de chargement est à deux côtés, le sélecteur du mode de tir est directement sous la détente, le chargeur est situé au-dessus du canon, la fenêtre d’éjection sous la crosse. Tout ceci constitue un pistolet mitrailleur qui est utilisable par la main gauche ou droite. Accessoires [modifier | modifier le code]

Le P90 offre la possibilité de monter divers accessoires. Il peut donc recevoir un module comprenant un laser désigné qui est intégré à la carcasse, sous le canon. La coque supérieure permet également de fixer un rail standard de type Picatinny de chaque côté susceptible de recevoir un grand nombre d’accessoires (lampe, laser de pointeur, etc.).

Le P90 dispose d’une lunette sans grossissement HC-14-62. La réticule de cette lunette est visible en condition de faible luminosité grâce à une illumination au tritium.

Les modèles plus récents qui ont été développés pour le P90. Le MC-10-80 du même constructeur qui assure l’éclairage de la retenue utilisé par le collecteur de lumière placé à l’avant de la lunette remplace le HC-14-62 dans les armes plus récentes. Le réticule de jour est constitué de deux cercles concentriques, le premier représentant 180 minutes angulaires le deuxième plus petit, 20. La réticule de nuit prend la forme d’un «T» ouvert illuminé par une insertion au tritium. La lunette est réglable en hauteur et en élévation et peut être utilisée avec des équipements de vision nocturne. Un viseur fixe de secours est également disponible. Versions [modifier | modifier le code] P90 automatiques [modifier | modifier le code]