Comme. les sénateurs n’ont pas informé correctement geisel de la décision de stocker le distributeur automatique avec le plan b; bibliothèque contre l’idée de départ – ucsd prix tuteur de 1 bitcoin aujourd’hui

Dans son démenti officiel, la bibliothèque a cité le protocole d’entente, ou le protocole d’entente, qui a été rédigé pour la première fois lors de l’installation de la machine Essentials. Il indique que A.S. Le conseil est responsable de l’entreposage et de l’entretien de la machine et établit un processus de proposition et d’approbation de nouveaux articles.

Actuellement, la machine distribue ce qui est considéré comme “les fournitures standard d’intérêt pour les étudiants UCSD.” La plupart du temps, la Machine essentielle vend des articles qui favorisent l’étude de bibliothèque. Le protocole d’entente permet des fournitures médicales limitées comme le Tylenol ou le DayQuil. Tout nouveau produit lié à la santé doit être approuvé avant d’être ajouté.

Les échanges au sein de l’administration de la bibliothèque indiquent qu’elle a entendu parler pour la première fois du plan des distributeur automatique avec Plan B quand il a été rapporté par le Guardian et d’autres sources, et n’avait pas été préalablement informé de l’idée par A.S.


Conseil. Lorsque Siegel-Singh a parlé au Guardian pour l’article initial sur son plan, elle n’a pas indiqué qu’elle avait toujours besoin de l’approbation de la bibliothèque avant d’agir, même si le protocole exige que A.S. Le Conseil consulte l’administration de Geisel avant d’ajouter des articles au Machine essentielle.

Dans un courriel du 8 janvier, directeur des espaces d’apprentissage Kymberly Goodson a écrit Catherine Friedman, bibliothécaire universitaire adjointe, a déclaré: «J’ai des sentiments partagés, mais pas forts dans les deux sens (à part la frustration qui les empêche de suivre le protocole d’entente et de nous consulter à l’avance).

Friedman a répondu, “il semble que vous ayez besoin de revenir à [l’A.S. Conseil] et leur faire savoir que cela a été porté à notre attention, et selon le protocole d’entente, ils doivent passer par le processus convenu qui peut ou ne peut pas entraîner ces fournitures dans le distributeur automatique dans la bibliothèque.”

Dans la réponse de la bibliothèque à Siegel-Singh et Moosighi, Friedman soutient que les pilules du Plan B ne relèvent pas de la catégorie de «fourniture standard» initialement convenue dans le protocole d’entente. Certains des courriels obtenus par le Guardian suggèrent que l’explication donnée à Siegel-Singh et à Moosighi pour avoir rejeté leur proposition – que les pilules du Plan B ne s’alignent pas avec le but prévu de la distributeur automatique – était un reflet honnête des préoccupations de l’administration et la bibliothèque était prête à nier le plan de Siegel-Singh et Moosighi avant même qu’il ne soit officiellement soumis.

«On peut faire valoir que les analgésiques de base … contribuent aux activités que les élèves exécutent dans la bibliothèque, alors que ce n’est pas le cas des contraceptifs» Goodson a écrit dans un courriel à Friedman. «Si un groupe, une unité ou un individu sur un campus s’y opposait et soulevait un problème, il serait difficile de prouver que cela correspond à la portée de la bibliothèque.» Ce courriel a été envoyé le 8 janvier, mais la proposition n’a pas été soumis jusqu’au 17 janvier.

Une heure plus tard, Goodson a envoyé un courriel à A.S. Le Conseil a déclaré: «Il n’y a aucune raison académique forte de placer ces objets dans le distributeur automatique de la bibliothèque. De plus, comme vous le savez, selon le protocole d’entente récemment signé, A.S. Le Conseil doit suivre le processus convenu pour l’approbation des «articles limités liés à la santé» qui pourraient être inclus dans la machine. »

Simmons note également que le bibliothécaire universitaire et son représentant ne sont pas seuls habilités à décider quels produits de soins de santé devraient être vendus dans les distributeurs automatiques. “Ces décisions sont prises dans le contexte plus large de la consultation avec le bureau EVC et les bureaux de la santé au service des étudiants.”

Le protocole d’entente est désigné pour se terminer en juin à moins qu’il ne soit réécrit. La déclaration officielle du campus se lit comme suit: «Une réunion est actuellement prévue pour que les deux parties effectuent leur examen annuel dans le but de signer un autre protocole d’entente avant la fin de juin.