CANNAPRESS Développement arrêté CANNAPress anchoragepress.com bitcoin en baisse

Lorsque Donald Trump a remporté l’élection présidentielle de 2016, le mouvement de légalisation du cannabis s’est retrouvé à la croisée des chemins. Et ouvrez un compte Bitcoin ce qui était particulièrement contrariant à ce sujet était que les deux directions potentielles étaient obscurcies par l’incertitude. La nouvelle administration serait-elle favorable à la vague libertaire du parti républicain et soutiendrait-elle l’industrie florissante du cannabis légal? Ou reviendraient-ils à la guerre contre la drogue, l’esprit des années Reagan? L’avenir était bitcoin robinet 2016 difficile à évaluer.

Nombre de personnes dans l’industrie avaient bon espoir, citant les déclarations répétées du candidat Trump de l’époque sur le passé, selon lesquelles il était en faveur d’une politique de la drogue plus libérale. Lors d’un déjeuner organisé par le miami herald en 1990, Trump qualifia la politique américaine en matière de drogue de «plaisanterie». À l’époque, il estimait que le gouvernement américain


Était-ce «… perdait-il mal la guerre contre la drogue…», poursuit l’atout, «il faut légaliser la drogue pour gagner cette guerre? Vous devez retirer les profits de ces czars de la drogue. »Le magnat de l’immobilier de l’époque a alors proposé que les profits tirés d’un commerce de drogues licite puissent ensuite être utilisés pour décourager la consommation de drogues par le biais de programmes éducatifs.

Avant d’acheter bitcoin avec visa en annonçant sa candidature à la présidence en juin 2015, Trump est apparu à la conférence d’action politique conservatrice (CPAC) en février. Sur la base de cette apparence, il semblait que ses opinions sur la marijuana à des fins récréatives s’étaient considérablement durcies. Interrogé sur la légalisation de l’utilisation à des fins récréatives à CPAC, sa déclaration était plus nuancée que ses commentaires de 1990.

À l’époque où il était candidat à la présidence, Trump a déclaré qu’il était un porteur du portefeuille, ce qui était l’apanage de la prérogative d’États en matière de politique en matière de marijuana. Interrogé sur la légalisation des loisirs à la suite du troisième débat du candidat républicain en octobre 2015, il a déclaré: "en termes de marijuana et de légalisation, je pense que cela devrait être une question d’état, état par état…"

Mais alors que le taux de change actuel du candidat bitcoin choisissait un candidat à la vice-présidence et commençait à discuter de possibles nominations au Cabinet, l’inquiétude commençait à se répandre. Le gouverneur de l’Indiana, Mike Pence, avait refusé de signer un projet de loi de réforme du code pénal de 2013 fondé sur une disposition qui aurait réduit les peines encourues pour possession de marijuana. Une autre sonnette d’alarme retentit lorsque l’on parle de séances du sénateur Alabama Jeffff à la tête du ministère de la Justice. Session a longtemps critiqué les politiques libérales en matière de drogue et la décriminalisation de la marijuana en particulier. En avril 2016, une audience du sénat a été convoquée pour discuter de la politique du ministère de la Justice consistant à adopter des lois sur la conversion de bitcoin en marijuana, sen. Les séances ont indiqué que «… les bonnes personnes ne fument pas de marijuana». "à Washington, nous avons besoin d’adultes en charge pour affirmer que la marijuana n’est pas le genre de chose qui devrait être légalisée, elle ne devrait pas être minimisée, mais qui représente en réalité un réel danger."

À l’approche de l’élection présidentielle de 2016, certains acteurs de l’industrie du cannabis ont exprimé l’espoir qu’une administration potentielle par un atout constituerait une étape positive. Sur la base de ses déclarations antérieures concernant la date de confirmation de bitcoin sur les droits de l’État, il était optimiste que Trump puisse offrir au mouvement son plus grand prix à ce jour; rééchelonnement fédéral. Le retrait de la marijuana de sa désignation fédérale en tant que substance contrôlée de l’Annexe I constituerait un changement monumental dans l’évolution du mouvement de légalisation du cannabis. Les substances contrôlées de l’annexe I sont les drogues illicites les plus réglementées au monde. La liste comprend des drogues comme l’héroïne et la méthamphétamine, une théorie de Bitcoin. Même les méchants méchants de l’épidémie d’opioïdes tels que l’oxycontin et le fentanyl ne sont pas soumis aux interdictions étendues du bitcoin dans la marijuana hindi, du fait de son inscription à l’annexe 1 de la liste.

Le retrait de la marijuana de la liste aurait de profonds effets sur les entreprises productrices de cannabis, l’une des plus importantes étant l’accès de l’industrie au système bancaire. En tant que substance interdite par le gouvernement fédéral, il est interdit de déposer les revenus de la vente du médicament dans une banque assurée par le gouvernement fédéral. De même, l’industrie n’est pas autorisée à accéder au crédit. Cela a provoqué une multitude de problèmes, notamment des vols à main armée dans des dispensaires supposés chargés de liquidités. Si l’administration Trump adoptait ce changement fondamental, cela transformerait littéralement les aspects économiques du cannabis du jour au lendemain.

Après l’élection surprise de Donald Trump, l’espoir de savoir comment acheter de l’éthereum avec Bitcoin a diminué à mesure que la réalité de la nomination imminente de Jeff Session au procureur général commençait à faire son chemin. Sans le soutien du plus haut policier du pays, il était peu probable la reprogrammation serait réussie. Les séances ont considérablement exacerbé le courage désespéré du secteur quand il a annulé la note de service en janvier 2018. Rédigé par l’ancien procureur général, james M. Cole en 2013, il a enjoint aux agences fédérales de limiter l’application de la loi fédérale sur la marijuana en cas de conflit lois étatiques. Même si cela n’empêchait pas les procureurs fédéraux de porter des accusations dans un large éventail de conditions, telles que le marketing destiné aux enfants ou la vente de cannabis sur le marché noir, le mémo envoyait tout de même un message puissant. Après sa publication, le secteur a progressé avec une plus grande confiance en son avenir, son portefeuille de bitcoin ethereum, a attiré davantage de capital-risque et a étendu ses opérations aussi rapidement que le permettaient les lois locales et nationales.

En janvier 2018, lorsque les sessions du procureur général ont annulé la note de service, il a déclaré que la note de service était à la fois inutile et contre-productive pour le ministère de la Justice. Session a déclaré que la mission de son département était de «… refléter la détermination du Congrès selon laquelle la marijuana est une drogue dangereuse et que l’activité de la marijuana est un crime grave». Cette décision a suscité la colère des législateurs et leur a donné envie d’échanger des bitcoins. Cory Gardner, les sessions n’ont pas indiqué qu’il reculerait depuis l’annonce.