Bww revoir quelque chose pourri!, Étoiles, doubludies et leçons de trois visionnages vendeur Bitcoin

Quelque chose pourrie! est en train de fermer au Orpheum Theatre de Minneapolis ce soir, donc une critique ne va pas amener plus de vous au spectacle ici (ce n’était pas nécessaire – la maison était assez pleine!), donc au lieu de simplement revoir le spectacle, c’est plus riff sur les leçons apprises de mes trois visionnements de ce spectacle de Broadway.

J’ai eu la chance de voir ce spectacle incroyable à Broadway en janvier 2017 avec Christian Borle jouant William Shakespeare. De mon perchoir dans les rangées supérieures du St. James, loin, loin de la scène, je pouvais sentir le magnétisme et le sex-appeal de la volonté de Borle suintant de la scène. La performance gagnante du Tony Award était tout ce que vous pouviez demander.


J’ai peut-être pâmé un peu. Oh oui, ça vient de se passer. * Il était définitivement la volonté du peuple.

Avancez jusqu’en avril 2018 et attendez avec impatience la tournée nationale dirigée par Adam Pascal et Rob McClure au Théâtre Orpheum de Minneapolis. Mon compagnon et moi sommes entrés et le spectacle a commencé … et je n’avais pas vu l’avis qu’il n’y en avait pas non plus pour le spectacle d’ouverture le 3 avril. Cependant, Scott Côté (Nick Bottom) et Daniel Beeman (Will Shakespeare) sont intervenus le conduit cette nuit-là et a soufflé l’auditoire. Le spectacle était tout aussi divertissant, tout aussi amusant et bien joué que vous attendez. Understudies? On s’en fout? Ils étaient super! Pourtant, j’avais le sentiment lancinant que j’avais besoin de voir Pascal et McClure jouer ces rôles et que j’avais manqué.

La semaine a progressé et le week-end je savais que je devais y retourner. Convaincre mon mari d’y aller n’était pas dur et nous avons accroché des sièges de balcon qui rivalisaient avec ma perche de New York pour la distance extrême de la scène mais cela ne me dérangeait pas – j’étais prêt pour la puissance des étoiles cette fois.

Et la volonté de Pascal était excellente – mais différente! Comme l’était Nick de McClure. Ils étaient tout aussi divertissants et le spectacle a de nouveau fait exploser le public. C’est juste que c’est bon. La prémisse du spectacle est simple: une paire de frères / écrivains à la Renaissance de Londres sont en compétition pour obtenir leurs spectacles produits et vus contre la célébrité du moment, rock-star Shakespeare. Frère aîné Nick paie un devin pour apprendre ce qui sera la prochaine grande chose dans le théâtre: la comédie musicale. Ayant de la difficulté à raconter une histoire, Nick découvre aussi quelle sera la plus grande victoire de Shakespeare et il entreprend de l’écrire en premier, mais cela se passe aussi bien que prévu.

En attendant, le devin Nostradamus (pas celui-là, mais son neveu, Thomas, joué avec brio par Blake Hammond), continue de donner des conseils sur tous les futurs succès musicaux possibles et presque tous les théâtre musical Canon se retrouve dans le spectacle de Bottom Brothers. C’est un fabuleux hommage à toutes choses théâtre musical. La chanson, "Une comédie musicale," (Je ne peux pas dire que sans faire mentalement le mouvement de la main) les membres de l’auditoire ont roulé comme la musique et les paroles de Wayne et Karey Kirkpatrick ont ​​réussi à rassembler toutes les pièces disparates de nombreuses émissions en un ensemble passionnant.

Retour aux pistes. Pascal était plus bruyant et un peu spazzy comme il a chanté " Volonté" et "C’est dur d’être le barde." Il avait des tas d’attitude et l’adoration était clairement allée droit à la tête de ce Will. La volonté de Beeman se situait quelque part entre ce charisme et le charisme total de Borle; il savait qu’il était le Barde mais il l’a gagné avec ses hanches et ses mouvements de danse torse nu.

Leçon apprise pour ce spectateur de théâtre. Peu importe qui joue les leads, un spectacle bien écrit et produit continuera – et le public de Minneapolis continuera à applaudir aussi longtemps après un grand "Une comédie musicale" nombre et encore fait irruption ovation debout spontanée à la fin.

L’ensemble de SOMETHING ROTTEN était un régal avec de nombreuses pauses dansantes qui mettaient en valeur ces capacités. "Bienvenue à la Renaissance," et "Nous voyons la lumière," étaient grands, numéros de Broadway cuivrés. Cette distribution fonctionne dur et donne un grand spectacle à travers les conseils. Regarde ce que j’ai fait là?*